• 650 Champlain suite 102 Dieppe Nouveau-Brunswick

    Dieppe Moncton Shédiac Riverview

  • (506) 380-9546

Clinique
650 Champlain suite 102
Dieppe New Brunswick E1A 1P5

(506) 380-9546

In his professional career, René Caissie has intervened with an adult population presenting transitory problems in a context of crisis intervention (Moncton, New Brunswick). Furthermore, he has worked in a community setting (mental health clinic, Moncton, New Brunswick) helping an adult population suffering from chronic disorders (psychotic disorders, bipolar disorders, personality disorders). In a CLSC context (Montréal, Québec), he has also worked with an adult population suffering from transitory problems. Having worked as a psychologist in an acute psychiatric unit of a hospital setting (Campbellton, New Brunwick), he has also acquired experience with severe mental illness in a psychiatric hospital.

René Caissie has worked in a private setting at the Centre de consultation psychologique (Montréal, Québec) from 2005 to 2012 while he keeps on offering his services as a consultant. Membre of the College of Psychologists of New Brunswick (2012), the Ordre des psychologues du Québec (2005), the Association des psychologues du Québec, the Société québécoise de la douleur, the Société québécoise d’hypnose and the American Society of Clinical Hypnosis, he does intervention with an adult population as well as an adolescent and elderly population. During his stay at the CCPE, he has developped abilities in psychovocational assessments as well as forensic assessments (personal injuries).

He is the holder of a Bachelor’s degree in psychology with specialization at the Université de Moncton (Moncton, New Brunswick) and a Master’s degree in psychology at Université Laval (Québec, Québec). Using a short-term to medium term approach based on empirically supported treatments, he uses cognitive behavioral psychotherapy and clinical hypnosis as an adjunct to treatment to treat people who present diverse problems as mood disorders, anxiety disorders, trauma, sleep disorders, sexual dysfunctions, pain, psychosomatic illnesses, relational problems and adjustment disorders following several life stressors.

Professional training

2012Grief resolution under hypnosis with the imagery technique (Paule Mongeau, Montréal)
2011Annual congress of the Société québécoise d’hypnose (Montréal, Canada)
2011Annual Conference of the International Society for the Study of Trauma and Dissociation (Montréal, Canada)
2011Psychopathology at the risk of instant hypnosis (Gaston Brosseau, Montréal)
2010Adapting cognitive-behavioral therapy with the third wave(Frédérick Dionne, Montréal)
2010Kaleidoscope of hypnotic techniques for pain and psychosomatic disorders (Gaston Brosseau, Montréal)
2010Assessment and treatment for sexual desire (Sophie Bergeron, Montréal)
2009Conference on Sexual Identify Disorders (UQAM-Montréal)
2009Annual Congress of the American Society of Clinical Hypnosis (Boston, United States)
2008Congress on Neuropathic Pain (Société québécoise de la douleur, Montréal)
2008Brief Approaches and Complex Cases for Anxiety and Depression (Jeffrey Zeig, Montréal, Canada)
2008Francophone International Congress on Medical Sexuality (Montréal, Canada)
2008Congress on trauma and dissociation (David Spiegel- Ottawa, Canada)
2007Training in the Risk Assessment for Sexual Delinquants (Correctiona Service Canada, Laval, Québec)
2007Training on Intervention and Empirically-supported Treatments (Ordre des psychologue du Québec, Montréal)
2007Basic Training in Clinical Hypnosis (Société québécoise d’hypnose, Montréal)
2004Omega Training of Crisis Intervention (Cambellton, New Brunswick)
2001Training in Rorschach Administration (Exner Method, Université Laval, Québec, Québec)
2001Workshop on Suicide Prevention and Intervention (Moncton, New Brunswick)
1998Workshop on Non-violent Crisis Intervention (Moncton, New Brunswick)

MONDAY 10AM to 6PM

TUESDAY noon till 9PM

WEDNESDAY noon till 9PM

THURSDAY  noon till 9PM

FRIDAY 10AM to 3PM

With an office in Dieppe New Brunswick, René Caissie offers clinical psychology services. Please click on the Contact menu item to make an appointment.

Having worked in several clinical settings (psychiatric hospital, community, crisis intervention and acute psychiatry) in New Brunswick and in Québec, René Caissie has acquired experience with clients having diversified problems (anxiety disorders, mood disorders, adjustment disorders, psychotic disorders and personality disorders). Also he has completed training in clinical hypnosis with the Société québécoise d’hypnose and the American Society of Clinical Hypnosis which permits him to integrate this technique in psychotherapy to treat problems such as anxiety, phobia, depression, chronic pain, sexual dysfonctions, trauma and certain psychosomatic disorders (ex : irritable bowel movement).

He also offers psychological assessment services by the means of psychometric and psychovocational assessments.

Areas of Practice

Clinical psychology
Sport Psychology

Client Base

Adolescents
Adults
Seniors

Formal Assessments

Personality
Psychoeducational
Career/Vocational

Services offered

Abuse (Emotional – Physical – Sexual)
Adaptation (Educational – Social – Vocational)
Addiction (Internet – Pornography – Smoking)
Anger Management
Anxiety Disorders (Generalized – Obsessive-Compulsive – Panic Attack – Phobia – Post-Traumatic Stress Disorders – Social Phobia)
Assertiveness
Behaviour Management (Behaviour Management – Conduct Disorders)
Bereavement
Crisis Intervention
Cultural Issues
Post traumatic Stress Debriefing
Divorce/Separation
Health Issues (Autoimmune Disorders – Chronic Disease – Gastrointestinal – Motor Vehicle Accident – Oncology – Pain Management – Weight Issues)
Impulse Control (Intermitent Explosive Disorder – Kleptomania – Pyromania)
Men’s Issues
Mood Disorders (Adjustment Disorder – Bipolar – Depression – Postpartum Depression)
Personality Disorders
Psychosomatic
Relationship
School Problems
Self-Esteem Issues
Sexuality (Deviancy – Gay/Lesbians/Bi-Sexual Issues – Harasment – Intimacy Issues)
Sexual dysfunction
Sleep Disorders
Stress Management
Suicide/Self Harm
Underachievement
Violence (Domestic – Victims)
Women’s Issues
Work Issues (Burnout – Harrassment – Injuries)

Theoritical Approaches

Cognitive/behavioural

Working Language

English
French

[:fr]Psychologue/Psychologist. M.Ps. L.Psych

René Caissie est membre du Collège des psychologues du Nouveau-Brunswick, de la Société québécoise d’hypnose et de l’Ordre des psychologues du Québec.

Consultation

Vous propose un horaire flexible pour rendez-vous.

Prenez rendez-vous.[:en]Psychologue/Psychologist. M.Ps. L.Psych

René Caissie is a member of the College of Psychologists of New Brunswick, of the Société québécoise d’hypnose and the Ordre des psychologues du Québec.

Consultation

The psychologist is available to meet you.
Contact

An appointment is a click away.[:]

Collège des psychologues du Nouveau-Brunswick

Ordre des psychologues du Québec

Société québécoise d’hypnose

American Society of Clinical HypnosisCollege of Psychologists of New Brunswick

American Society of Clinical Hypnosis

Ordre des psychologues du Québec

Société québécoise d’hypnose

Vous trouverez dans cette section des textes écrits par René Caissie.

par René Caissie

Voilà une question qui est perpétuelle quand on aborde ce sujet ! À chaque fois qu’on est témoin des performances du célèbre fascinateur, Messmer, on a raison de devoir se poser de sérieuses questions à l’égard de l’hypnose. Même si cette technique ou méthode de communication est utilisée depuis bien longtemps, la majorité demeure malheureusement sceptique quant à son existence. Étant donné que les théoriciens ont divergé quant à l’explication qu’on a pu en faire au cours de l’histoire (Yapko, 2003), il a alors été difficile de bien comprendre le phénomène de l’hypnose et d’en arriver à trouver un consensus au sein de la communauté scientifique.

Par contre, aujourd’hui, avec les nouvelles technologies médicales disponibles, il est beaucoup plus facile de démontrer l’existence de différents phénomènes neurologiques reliés à l’hypnose. D’ailleurs, lors du dernier Congrès annuel de la Société québécoise d’hypnose, deux chercheurs de Montréal (Amir Raz de l’Université McGill et Pierre Rainville de l’Université de Montréal) ont pu partager les résultats de leurs études qu’ils mènent d’ailleurs de façon rigoureuse à l’aide de techniques d’imagerie. En dépit de la preuve convaincante de l’existence de ce phénomène et de l’efficacité de cette approche, les praticiens utilisant l’hypnose doivent continuellement prouver et démontrer l’existence de ce phénomène qui demeure mystérieux aux yeux de plusieurs. Bien que ce soit le domaine de la médecine et de la psychologie qui en ont principalement exploité les bienfaits depuis quelques siècles, les praticiens au sein même de ces professions semblent méconnaître le phénomène ou même l’impact que cet outil pourrait avoir dans leur profession respective. L’hypnose de spectacle est en grande partie responsable des fausses croyances qui sont véhiculées au sujet de l’hypnose au public. Par le biais de cet article, je vais tenter de clarifier davantage ce qu’est l’hypnose de spectacle afin de mieux comprendre ce qu’elle l’hypnose réelle.

Theodore X Barber (Zilbergeld, Edelstien, & Araoz, 1985) a d’ailleurs tenté d’expliquer l’hypnose de spectacle. Déjà, il affirme qu’il faut avoir un œil critique par rapport à ce qu’on peut observer dans les spectacles d’hypnose. On peut même comparer ces spectacles à de la magie et on peut constater que la manipulation fait inévitablement partie de la performance pour divertir l’auditoire. Dans un livre qui porte sur l’hypnose de spectacle intitulé A Complete Course in Stage Hypnotism, il est même indiqué clairement que le spectacle d’hypnose doit être falsifié, au moins en partie, afin qu’on puisse être un divertisseur (terme plus juste qui sera employé tout au long de cet article) efficace et qu’on doit même oublier d’essayer d’être un hypnotiseur légitime. L’auteur avoue qu’il s’agit en partie de manipulation. Plusieurs études (Yapko, 2003) démontrent qu’environ 85% de la population auraient des prédispositions à être hypnotisée. Par conséquent, on peut déjà dire que le divertisseur qui pratique l’hypnose de spectacle n’est pas très efficace étant donné qu’il ne parvient qu’à hypnotiser une minorité de la salle sur scène. On peut expliquer ça de différentes manières. Tout d’abord, le divertisseur fait une sélection bien soignée afin de choisir les sujets étant les plus hypnotisables en faisant des tests d’hypnotisabilité en ordre croissant de difficulté. Ce ne sont que ceux qui répondent à tous les tests qui finissent par être sélectionnés et à monter sur scène. Ceux qui ne répondent pas à tous ces tests ou qui ne collaborent pas avec le divertisseur sont retournés à leur siège et souvent de façon plutôt discrète (chuchotements à la personne de retourner s’asseoir) afin que l’auditoire n’en soit pas conscient.

En plus de l’impact du niveau d’hypnotisabilité chez les sujets qui participent au spectacle, d’autres facteurs contribuent à ce que ces derniers répondent favorablement aux suggestions. Premièrement, la motivation, les attentes et l’attitude positive sont des composantes primordiales qui incitent le sujet à mieux répondre aux suggestions. Deuxièmement, la crédibilité du divertisseur peut également avoir un impact positif sur le degré de réponse et de la collaboration du sujet. Troisièmement, il existe une pression implicite de la part de l’auditoire à répondre favorablement aux suggestions. Quatrièmement, il peut également y avoir un effet de soumission face au divertisseur.

De plus, le divertisseur peut manipuler l’information pour qu’elle paraisse crédible. Par exemple, le divertisseur peut suggérer à une personne d’imiter une personne célèbre, suggérer au sujet de se transformer en cette personne (ex : il aurait pu suggérer à la personne d’imiter un chanteur connu alors que l’auditoire a pu comprendre que la personne était transformée en cette personne). En somme, toutes les paroles prononcées par le divertisseur ne sont pas entendues par l’auditoire. De plus, il peut utiliser toutes les réactions des sujets à son avantage. Face à un sujet qui ne répond pas à une suggestion, il peut alors suggérer qu’il soit dans un état de transe profonde et que la personne puisse sembler endormie alors qu’elle ne l’est pas du tout.

Par ailleurs, lors de différents tests d’hypnotisabilité, il peut éviter de vérifier la réponse exacte de la personne. Notamment, sur le test de l’attraction des mains, il pourrait dire que la personne a de la difficulté à se séparer les mains alors qu’il ne lui suggère pas du tout de tenter l’expérience. Pour tester la réponse à une suggestion d’analgésie, il peut faire des vérifications banales (déplacer une flamme en frôlant rapidement un membre ou piquer une personne à un endroit du corps naturellement plus insensible) qui donne l’impression que la personne ne ressent aucune douleur, mais qui pourrait tout simplement provoquer un inconfort minime chez n’importe qui. Par conséquent, il ne fait pas une vérification adéquate de cette sensation d’analgésie qui peut d’ailleurs ne pas avoir été induite du tout.

Certains phénomènes peuvent paraître plus spectaculaires, notamment l’amnésie. En effet, c’est un phénomène qu’on connaît en psychothérapie. Elle peut se présenter comme mécanisme de défense dans le cadre de certaines pathologies comme elle peut tout autant être saine comme réaction. Dans une étude, on a pu révéler qu’il y aurait 1% d’un groupe de collégiens qui auraient une prédisposition à vivre une amnésie instantanée ou une amnésie post- hypnotique. Bien qu’elle puisse être réelle, elle n’est que transitoire. On a remarqué que ce phénomène était plus présent chez des gens avec un niveau d’hypnotisabilité très élevé. Par conséquent, les amnésies qui peuvent être induites chez les sujets lors de spectacles peuvent être tout à fait réelles, mais ce sont généralement des gens fortement hypnotisables que le divertisseur a minutieusement sélectionnés et qui sont également prêts à collaborer. Lors d’expérience avec l’hypnose clinique, il y a rarement des phénomènes amnésiques et les sujets sont pleinement conscients des expériences qu’ils vivent. De façon générale, le divertisseur donne l’impression à l’auditoire qu’il exerce un contrôle absolu sur les participants. Même au contraire, dans l’hypnose réelle, le sujet est en plein contrôle de ce qui peut se passer durant une séance thérapeutique.

En somme, en sachant que l’hypnose de spectacle correspond qu’en infime partie à la réelle description de ce qu’est la véritable hypnose, l’appellation porte alors à confusion. L’appellation devrait alors être révisée afin qu’elle ne puisse induire en erreur la population quant à sa véritable utilité. Malheureusement, il n’y a aucune loi qui ne régisse ce genre de spectacle présentement, donc il se pourrait bien que ces spectacles continuent à renforcer les fausses croyances véhiculées à son endroit.

Références :

Yapko, M. D. (2003). Trancework : An Introduction to the Practice of Clinical Hypnosis (3rd Edition). Brunner- Routledge: New York, New York.

Zilbergeld, B., Edelstien, M. G., & Araoz, D. L. (1985). Hypnosis: Questions & Answers. W. W. Norton & Company, Inc. New York: New York.

by René Caissie

Voilà une question qui est perpétuelle quand on aborde ce sujet ! À chaque fois qu’on est témoin des performances du célèbre fascinateur, Messmer, on a raison de devoir se poser de sérieuses questions à l’égard de l’hypnose. Même si cette technique ou méthode de communication est utilisée depuis bien longtemps, la majorité demeure malheureusement sceptique quant à son existence. Étant donné que les théoriciens ont divergé quant à l’explication qu’on a pu en faire au cours de l’histoire (Yapko, 2003), il a alors été difficile de bien comprendre le phénomène de l’hypnose et d’en arriver à trouver un consensus au sein de la communauté scientifique.

Par contre, aujourd’hui, avec les nouvelles technologies médicales disponibles, il est beaucoup plus facile de démontrer l’existence de différents phénomènes neurologiques reliés à l’hypnose. D’ailleurs, lors du dernier Congrès annuel de la Société québécoise d’hypnose, deux chercheurs de Montréal (Amir Raz de l’Université McGill et Pierre Rainville de l’Université de Montréal) ont pu partager les résultats de leurs études qu’ils mènent d’ailleurs de façon rigoureuse à l’aide de techniques d’imagerie. En dépit de la preuve convaincante de l’existence de ce phénomène et de l’efficacité de cette approche, les praticiens utilisant l’hypnose doivent continuellement prouver et démontrer l’existence de ce phénomène qui demeure mystérieux aux yeux de plusieurs. Bien que ce soit le domaine de la médecine et de la psychologie qui en ont principalement exploité les bienfaits depuis quelques siècles, les praticiens au sein même de ces professions semblent méconnaître le phénomène ou même l’impact que cet outil pourrait avoir dans leur profession respective. L’hypnose de spectacle est en grande partie responsable des fausses croyances qui sont véhiculées au sujet de l’hypnose au public. Par le biais de cet article, je vais tenter de clarifier davantage ce qu’est l’hypnose de spectacle afin de mieux comprendre ce qu’elle l’hypnose réelle.

Theodore X Barber (Zilbergeld, Edelstien, & Araoz, 1985) a d’ailleurs tenté d’expliquer l’hypnose de spectacle. Déjà, il affirme qu’il faut avoir un œil critique par rapport à ce qu’on peut observer dans les spectacles d’hypnose. On peut même comparer ces spectacles à de la magie et on peut constater que la manipulation fait inévitablement partie de la performance pour divertir l’auditoire. Dans un livre qui porte sur l’hypnose de spectacle intitulé A Complete Course in Stage Hypnotism, il est même indiqué clairement que le spectacle d’hypnose doit être falsifié, au moins en partie, afin qu’on puisse être un divertisseur (terme plus juste qui sera employé tout au long de cet article) efficace et qu’on doit même oublier d’essayer d’être un hypnotiseur légitime. L’auteur avoue qu’il s’agit en partie de manipulation. Plusieurs études (Yapko, 2003) démontrent qu’environ 85% de la population auraient des prédispositions à être hypnotisée. Par conséquent, on peut déjà dire que le divertisseur qui pratique l’hypnose de spectacle n’est pas très efficace étant donné qu’il ne parvient qu’à hypnotiser une minorité de la salle sur scène. On peut expliquer ça de différentes manières. Tout d’abord, le divertisseur fait une sélection bien soignée afin de choisir les sujets étant les plus hypnotisables en faisant des tests d’hypnotisabilité en ordre croissant de difficulté. Ce ne sont que ceux qui répondent à tous les tests qui finissent par être sélectionnés et à monter sur scène. Ceux qui ne répondent pas à tous ces tests ou qui ne collaborent pas avec le divertisseur sont retournés à leur siège et souvent de façon plutôt discrète (chuchotements à la personne de retourner s’asseoir) afin que l’auditoire n’en soit pas conscient.

En plus de l’impact du niveau d’hypnotisabilité chez les sujets qui participent au spectacle, d’autres facteurs contribuent à ce que ces derniers répondent favorablement aux suggestions. Premièrement, la motivation, les attentes et l’attitude positive sont des composantes primordiales qui incitent le sujet à mieux répondre aux suggestions. Deuxièmement, la crédibilité du divertisseur peut également avoir un impact positif sur le degré de réponse et de la collaboration du sujet. Troisièmement, il existe une pression implicite de la part de l’auditoire à répondre favorablement aux suggestions. Quatrièmement, il peut également y avoir un effet de soumission face au divertisseur.

De plus, le divertisseur peut manipuler l’information pour qu’elle paraisse crédible. Par exemple, le divertisseur peut suggérer à une personne d’imiter une personne célèbre, suggérer au sujet de se transformer en cette personne (ex : il aurait pu suggérer à la personne d’imiter un chanteur connu alors que l’auditoire a pu comprendre que la personne était transformée en cette personne). En somme, toutes les paroles prononcées par le divertisseur ne sont pas entendues par l’auditoire. De plus, il peut utiliser toutes les réactions des sujets à son avantage. Face à un sujet qui ne répond pas à une suggestion, il peut alors suggérer qu’il soit dans un état de transe profonde et que la personne puisse sembler endormie alors qu’elle ne l’est pas du tout.

Par ailleurs, lors de différents tests d’hypnotisabilité, il peut éviter de vérifier la réponse exacte de la personne. Notamment, sur le test de l’attraction des mains, il pourrait dire que la personne a de la difficulté à se séparer les mains alors qu’il ne lui suggère pas du tout de tenter l’expérience. Pour tester la réponse à une suggestion d’analgésie, il peut faire des vérifications banales (déplacer une flamme en frôlant rapidement un membre ou piquer une personne à un endroit du corps naturellement plus insensible) qui donne l’impression que la personne ne ressent aucune douleur, mais qui pourrait tout simplement provoquer un inconfort minime chez n’importe qui. Par conséquent, il ne fait pas une vérification adéquate de cette sensation d’analgésie qui peut d’ailleurs ne pas avoir été induite du tout.

Certains phénomènes peuvent paraître plus spectaculaires, notamment l’amnésie. En effet, c’est un phénomène qu’on connaît en psychothérapie. Elle peut se présenter comme mécanisme de défense dans le cadre de certaines pathologies comme elle peut tout autant être saine comme réaction. Dans une étude, on a pu révéler qu’il y aurait 1% d’un groupe de collégiens qui auraient une prédisposition à vivre une amnésie instantanée ou une amnésie post- hypnotique. Bien qu’elle puisse être réelle, elle n’est que transitoire. On a remarqué que ce phénomène était plus présent chez des gens avec un niveau d’hypnotisabilité très élevé. Par conséquent, les amnésies qui peuvent être induites chez les sujets lors de spectacles peuvent être tout à fait réelles, mais ce sont généralement des gens fortement hypnotisables que le divertisseur a minutieusement sélectionnés et qui sont également prêts à collaborer. Lors d’expérience avec l’hypnose clinique, il y a rarement des phénomènes amnésiques et les sujets sont pleinement conscients des expériences qu’ils vivent. De façon générale, le divertisseur donne l’impression à l’auditoire qu’il exerce un contrôle absolu sur les participants. Même au contraire, dans l’hypnose réelle, le sujet est en plein contrôle de ce qui peut se passer durant une séance thérapeutique.

En somme, en sachant que l’hypnose de spectacle correspond qu’en infime partie à la réelle description de ce qu’est la véritable hypnose, l’appellation porte alors à confusion. L’appellation devrait alors être révisée afin qu’elle ne puisse induire en erreur la population quant à sa véritable utilité. Malheureusement, il n’y a aucune loi qui ne régisse ce genre de spectacle présentement, donc il se pourrait bien que ces spectacles continuent à renforcer les fausses croyances véhiculées à son endroit.

Références :

Yapko, M. D. (2003). Trancework : An Introduction to the Practice of Clinical Hypnosis (3rd Edition). Brunner- Routledge: New York, New York.

Zilbergeld, B., Edelstien, M. G., & Araoz, D. L. (1985). Hypnosis: Questions & Answers. W. W. Norton & Company, Inc. New York: New York.

Brève explication de l’hypnose

Déjà, le mot hypnose porte à confusion car il est dérivé de la langue grecque qui signifie sommeil. Encore aujourd’hui, les théoriciens sont partagés sur une définition opérationnelle du phénomène bien qu’il soit accepté comme concept et outil thérapeutique par plusieurs chercheurs et cliniciens. La connaissance la plus courante de cette technique nous provient du monde du spectacle, entraînant ainsi une multitude de fausses croyances à son égard.

Tout d’abord, l’hypnose n’est pas un état de sommeil bien que la personne en transe puisse paraître endormie. Des études ont prouvé qu’il existait des profils différents d’ondes cérébrales à l’électro-encéphalogramme (EEG) entre l’état hypnotique et l’état de sommeil. Par conséquent, l’hypnose est un état altéré de conscience où la personne est absorbée intérieurement (ex. : lorsqu’on est en train de conduire une voiture en étant absorbé par la route), en état d’hypervigilance, d’hyperconcentration, de dissociation et possiblement de détente profonde. Par conséquent, la personne est plus ouverte à répondre à des suggestions. Il s’agit d’une technique de relaxation profonde qu’on pourrait comparer à la méditation et le yoga.

De plus, contrairement aux croyances populaires, il n’y a aucune amnésie associée à l’hypnose à moins que l’on ne suggère une amnésie quelconque. L’hypnotiseur ne possède aucun pouvoir sur la personne et ne peut contrôler l’hypnotisé en lui faisant des suggestions allant à l’encontre de ses valeurs.


Applications

Bien qu’on ait utilisé l’hypnose dans les domaines de la médecine, de la psychologie et de la psychanalyse depuis plusieurs siècles, notamment par l’entremise de Mesmer, Braid (un médecin anglais) et même Freud, son usage n’est pas aussi répandu qu’on pourrait l’imaginer aujourd’hui. Plusieurs études démontrent que l’hypnose améliore les résultats, lorsqu’intégrée à la thérapie cognitivo-comportementale, dans 70% des cas soit en diminuant le taux de rechute ou en accélérant la vitesse du traitement. Appuyée par la littérature, l’hypnose a été efficace pour des problématiques psychologiques telles que la dépression, les troubles anxieux et les phobies, les troubles sexuels, la douleur chronique, les dépendances, les troubles de l’impulsion, la colère, l’insomnie.

Au niveau de la médecine, on exploite rarement les bénéfices apportés par l’usage de l’hypnose. De plus en plus d’études démontrent une efficacité dans plusieurs problématiques étant donné que l’hypnose exerce un impact sur le rythme cardiaque, la respiration, les émotions, la tension musculaire, la température corporelle, la sécrétion d’hormone (ex : endorphine). En combinaison avec une pharmacothérapie, l’hypnose a démontré une efficacité pour des problèmes médicaux tels que le syndrome du côlon irritable, les migraines et les maux de tête, l’asthme, les troubles psychosomatiques, la douleur chronique, les procédures médicales, les troubles alimentaires, les patients cancéreux, les problèmes obstétriques, les problèmes d’origine gastrique et les problèmes dermatologiques.

Bref, l’hypnose peut souvent être utilisée en combinaison avec une pharmacothérapie. De façon habituelle, la thérapie par le biais de l’hypnose peut nécessiter entre 5 et 15 rencontres en fonction de la problématique. L’auto-hypnose, lorsqu’apprise et bien appliquée par le client, aide grandement la vitesse du traitement.Brève explication de l’hypnose

Déjà, le mot hypnose porte à confusion car il est dérivé de la langue grecque qui signifie sommeil. Encore aujourd’hui, les théoriciens sont partagés sur une définition opérationnelle du phénomène bien qu’il soit accepté comme concept et outil thérapeutique par plusieurs chercheurs et cliniciens. La connaissance la plus courante de cette technique nous provient du monde du spectacle, entraînant ainsi une multitude de fausses croyances à son égard.

Tout d’abord, l’hypnose n’est pas un état de sommeil bien que la personne en transe puisse paraître endormie. Des études ont prouvé qu’il existait des profils différents d’ondes cérébrales à l’électro-encéphalogramme (EEG) entre l’état hypnotique et l’état de sommeil. Par conséquent, l’hypnose est un état altéré de conscience où la personne est absorbée intérieurement (ex. : lorsqu’on est en train de conduire une voiture en étant absorbé par la route), en état d’hypervigilance, d’hyperconcentration, de dissociation et possiblement de détente profonde. Par conséquent, la personne est plus ouverte à répondre à des suggestions. Il s’agit d’une technique de relaxation profonde qu’on pourrait comparer à la méditation et le yoga.

De plus, contrairement aux croyances populaires, il n’y a aucune amnésie associée à l’hypnose à moins que l’on ne suggère une amnésie quelconque. L’hypnotiseur ne possède aucun pouvoir sur la personne et ne peut contrôler l’hypnotisé en lui faisant des suggestions allant à l’encontre de ses valeurs.

Applications

Bien qu’on ait utilisé l’hypnose dans les domaines de la médecine, de la psychologie et de la psychanalyse depuis plusieurs siècles, notamment par l’entremise de Mesmer, Braid (un médecin anglais) et même Freud, son usage n’est pas aussi répandu qu’on pourrait l’imaginer aujourd’hui. Plusieurs études démontrent que l’hypnose améliore les résultats, lorsqu’intégrée à la thérapie cognitivo-comportementale, dans 70% des cas soit en diminuant le taux de rechute ou en accélérant la vitesse du traitement. Appuyée par la littérature, l’hypnose a été efficace pour des problématiques psychologiques telles que la dépression, les troubles anxieux et les phobies, les troubles sexuels, la douleur chronique, les dépendances, les troubles de l’impulsion, la colère, l’insomnie.

Au niveau de la médecine, on exploite rarement les bénéfices apportés par l’usage de l’hypnose. De plus en plus d’études démontrent une efficacité dans plusieurs problématiques étant donné que l’hypnose exerce un impact sur le rythme cardiaque, la respiration, les émotions, la tension musculaire, la température corporelle, la sécrétion d’hormone (ex : endorphine). En combinaison avec une pharmacothérapie, l’hypnose a démontré une efficacité pour des problèmes médicaux tels que le syndrome du côlon irritable, les migraines et les maux de tête, l’asthme, les troubles psychosomatiques, la douleur chronique, les procédures médicales, les troubles alimentaires, les patients cancéreux, les problèmes obstétriques, les problèmes d’origine gastrique et les problèmes dermatologiques.

Bref, l’hypnose peut souvent être utilisée en combinaison avec une pharmacothérapie. De façon habituelle, la thérapie par le biais de l’hypnose peut nécessiter entre 5 et 15 rencontres en fonction de la problématique. L’auto-hypnose, lorsqu’apprise et bien appliquée par le client, aide grandement la vitesse du traitement.

Brève explication de l’hypnose

Déjà, le mot hypnose porte à confusion car il est dérivé de la langue grecque qui signifie sommeil. Encore aujourd’hui, les théoriciens sont partagés sur une définition opérationnelle du phénomène bien qu’il soit accepté comme concept et outil thérapeutique par plusieurs chercheurs et cliniciens. La connaissance la plus courante de cette technique nous provient du monde du spectacle, entraînant ainsi une multitude de fausses croyances à son égard.

Tout d’abord, l’hypnose n’est pas un état de sommeil bien que la personne en transe puisse paraître endormie. Des études ont prouvé qu’il existait des profils différents d’ondes cérébrales à l’électro-encéphalogramme (EEG) entre l’état hypnotique et l’état de sommeil. Par conséquent, l’hypnose est un état altéré de conscience où la personne est absorbée intérieurement (ex. : lorsqu’on est en train de conduire une voiture en étant absorbé par la route), en état d’hypervigilance, d’hyperconcentration, de dissociation et possiblement de détente profonde. Par conséquent, la personne est plus ouverte à répondre à des suggestions. Il s’agit d’une technique de relaxation profonde qu’on pourrait comparer à la méditation et le yoga.

De plus, contrairement aux croyances populaires, il n’y a aucune amnésie associée à l’hypnose à moins que l’on ne suggère une amnésie quelconque. L’hypnotiseur ne possède aucun pouvoir sur la personne et ne peut contrôler l’hypnotisé en lui faisant des suggestions allant à l’encontre de ses valeurs.

Applications

Bien qu’on ait utilisé l’hypnose dans les domaines de la médecine, de la psychologie et de la psychanalyse depuis plusieurs siècles, notamment par l’entremise de Mesmer, Braid (un médecin anglais) et même Freud, son usage n’est pas aussi répandu qu’on pourrait l’imaginer aujourd’hui. Plusieurs études démontrent que l’hypnose améliore les résultats, lorsqu’intégrée à la thérapie cognitivo-comportementale, dans 70% des cas soit en diminuant le taux de rechute ou en accélérant la vitesse du traitement. Appuyée par la littérature, l’hypnose a été efficace pour des problématiques psychologiques telles que la dépression, les troubles anxieux et les phobies, les troubles sexuels, la douleur chronique, les dépendances, les troubles de l’impulsion, la colère, l’insomnie.

Au niveau de la médecine, on exploite rarement les bénéfices apportés par l’usage de l’hypnose. De plus en plus d’études démontrent une efficacité dans plusieurs problématiques étant donné que l’hypnose exerce un impact sur le rythme cardiaque, la respiration, les émotions, la tension musculaire, la température corporelle, la sécrétion d’hormone (ex : endorphine). En combinaison avec une pharmacothérapie, l’hypnose a démontré une efficacité pour des problèmes médicaux tels que le syndrome du côlon irritable, les migraines et les maux de tête, l’asthme, les troubles psychosomatiques, la douleur chronique, les procédures médicales, les troubles alimentaires, les patients cancéreux, les problèmes obstétriques, les problèmes d’origine gastrique et les problèmes dermatologiques.

Bref, l’hypnose peut souvent être utilisée en combinaison avec une pharmacothérapie. De façon habituelle, la thérapie par le biais de l’hypnose peut nécessiter entre 5 et 15 rencontres en fonction de la problématique. L’auto-hypnose, lorsqu’apprise et bien appliquée par le client, aide grandement la vitesse du traitement.

Au cours de sa vie professionnelle, René Caissie est intervenu auprès d’une population variée présentant des problèmes de nature transitoire, dans un contexte d’intervention en situation de crise (Moncton, Nouveau-Brunswick). Il a par la suite œuvré dans une clinique communautaire (Moncton, Nouveau-Brunswick), auprès d’une population présentant des troubles chroniques (troubles psychotiques, troubles bipolaires, troubles de personnalité). Il a également pu intervenir en CLSC (Montréal, Québec), auprès d’une population adulte présentant des problèmes de nature transitoire. En plus d’avoir travaillé avec une population aux prises avec des problèmes de santé mentale chroniques dans un établissement psychiatrique tertiaire (Campbellton, Nouveau-Brunswick), il a aussi acquis de l’expérience dans le milieu hospitalier en psychiatrie aiguë.

René Caissie a œuvré au sein du Centre de consultation psychologique (Montréal, Québec) de 2005 à 2012 tout en continuant à y offrir des services à titre de consultant. Membre du Collège des psychologues du Nouveau-Brunswick (2012), Membre de l’Ordre des psychologues du Québec (2005), de l’Association des psychologues du Québec, de la Société québécoise de la douleur, de la Société québécoise d’hypnose et de l’American Society of Clinical Hypnosis, il intervient auprès d’une population adulte. Durant son séjour au Centre de consultation psychologique et éducationnelle (CCPE), il a développé des habiletés dans les évaluations psycho-éducationnelles ainsi que dans les expertises psycho-légales (blessures personnelles).

Il est détenteur d’un baccalauréat en psychologie de l’Université de Moncton (Nouveau-Brunswick) et d’une maîtrise avec mémoire de l’Université Laval (Québec). Prônant une approche de court à moyen terme, appuyée sur des interventions considérées comme étant empiriquement validées, il utilise la thérapie comportementale-cognitive en plus de l’hypnose pour intervenir auprès de personnes présentant des problèmes de nature transitoire comme les troubles de l’humeur, les troubles anxieux, les douleurs chroniques, les troubles sexuels, les traumatismes, les troubles psycho-somatiques,  les problèmes relationnels et les troubles d’adaptation face à différents stresseurs.

Formations professionnelles

2012Résolution de deuils sous hypnose par la technique d’imagerie (Paule Mongeau, Montréal)
2011Congrès annuel de la Société québécoise d’hypnose (Montréal, Canada)
2011International Society for the Study of Trauma and Dissociation Annual Conference (Montréal, Canada)
2011La psychopathologie au risque de l’hypnose instantanée (Gaston Brosseau, Montréal)
2010Adapter la thérapie cognitivo-comportementale aux avancées de la troisième vague (Frédérick Dionne, Montréal)
2010Kaléidoscope de techniques d’hypnotisation pour la douleur et les troubles psychosomatiques (Gaston Brosseau, Montréal)
2010Formation sur l’évaluation et le traitement de la baisse du désir (Sophie Bergeron, Montréal)
2009Colloque sur la thérapie du trouble de l’identité sexuelle (UQAM-Montréal)
2009Congrès annuel de l’American Society of Clinical Hypnosis (Boston, Etats-Unis)
2008Congrès sur le défi de la douleur neuropathique (Société québécoise de la douleur, Montréal)
2008Approches brèves et cas complexes dans les troubles anxieux et la dépression (Jeffrey Zeig, Montréal, Canada)
2008Congrès international francophone de médecine sexuelle (Montréal, Canada)
2008Congress on trauma and dissociation (David Spiegel- Ottawa, Canada)
2007Formation en évaluation du risque de récidive de la délinquance sexuelle (Service correctionnel Canada, Laval)
2007Formation sur l’intervention et l’utilisation des données probantes en psychothérapie (Ordre des psychologues du Québec, Montréal)
2007Formation de base en hypnose clinique (Société québécoise d’hypnose, Montréal)
2004Formation Omega portant sur l’intervention de crise (Cambellton, Nouveau-Brunswick)
2001Formation sur l’administration du Rorschach (Méthode Exner)
2001Atelier sur la prévention et l’intervention du suicide (Moncton, Nouveau-Brunswick)
1998Atelier sur l’intervention de crise non-violente (Moncton, Nouveau-Brunswick)

LUNDI 10h à 18h

MARDI midi à 21h

MERCREDI midi à 21h

JEUDI midi à 21h

VENDREDI 9h à 15h

René Caissie offre des services de psychologie clinique dans la région de Dieppe et Moncton au Nouveau-Brunswick. Cliquez sur l’onglet contact pour prendre rendez-vous.

Ayant travaillé dans différents milieux (psychiatrique, communautaire, intervention de crise) au Nouveau-Brunswick et au Québec, René Caissie a acquis de l’expérience auprès de clientèles variées (notamment les personnes présentant des troubles anxieux, des troubles de l’humeur, des troubles d’adaptation, des troubles psychotiques et des troubles de la personnalité). De plus, il a complété du perfectionnement en hypnose clinique (Société québécoise d’hypnose, American Society of Clinical Hypnosis), ce qui lui permet d’intégrer cette technique en psychothérapie pour des problématiques telles que l’anxiété, l’amélioration de la performance, les phobies, l’insomnie, la dépression, les douleurs chroniques, les troubles sexuels, les traumatismes et certains troubles psychosomatiques (ex. : le syndrome du côlon irritable).

De plus, il offre des services d’évaluations psychologiques, notamment des évaluations psychométriques et psycho-éducationnelles.

Domaines de pratique

Psychologie clinique
Psychologie Sportive

Clientèle cible

Adolescents
Adultes
Ainés

Évaluations formelles

Personnalité
Psycho-éducation
Orientation de carrière/profession

Services offerts

Abus (Émotionel – Physique – Sexuel)
Adaptation (Éducation – Social – Professionnel)
Dépendance (Internet – Pornographie – Cigarette)
Gestion de la colère
Troubles anxieux (Anxiété généralisée – Trouble obsessionnel-compulsif – Attaque de panique – Phobie – État de stress post-traumatique – Phobie sociale)
Affirmation de soi
Gestion de comportements (Gestion de comportements – Désordres des conduites)
Deuil
Intervention de crise
Thèmes culturels
Gestion du stress post-traumatique
Divorce/Séparation
Santé (Troubles autoimmunitaires – Condition chronique – Gastro-intestinal – Accident de la route – Oncologie – Gestion de la douleur – Contrôle du poids)
Trouble du contrôle des impulsions (Trouble explosif intermittent – Kleptomanie – Pyromanie)
Problématiques masculines
Troubles de l’humeur (Trouble de l’adaptation – Trouble bipolaire – Dépression – Dépression post-partum)
Troubles de la personnalité
Trouble somatoforme
Relation
Difficultés scolaires
Estime de soi
Sexualité (Déviances sexuelles (paraphilies) – Thèmes reliés gai/lesbienne/bi-sexualité – Harcèlement – Thèmes reliés à l’intimité)
Dysfonctions sexuelles
Troubles du sommeil
Gestion du stress
Suicide/automutilation
Sous-performance
Violence (Domestique – Victime)
Problématiques féminines
Thèmes reliés au travail (Épuisement – Harcèlement – Blessures)

Approches théoriques

Cognitive/Comportementale

Langues de travail

Anglais
Français


Clinique
650 Champlain suite 102
Dieppe Nouveau-Brunswick
E1A 1P5

(506) 380-9546